rotana ty learning performance arts

Débuter mon parcours d’apprentissage

La publication de Sahana Chattopadhyay m’a inspiré pour la réécriture de mon premier billet de blog. Les idées de Sahana sont puissantes et inspirantes! Elles résonnent et me font sentir que j’ai pris / je suis en train de suivre un parcours qui a des similitudes:

“Poussé par la curiosité et le désir d’apprendre, je suis entré dans un monde merveilleux. Cela était l’équivalent d’une bibliothèque en ligne dont la curation est personnellement faite pour moi par certains des meilleurs curateur et concepteurs formation. J’ai découvert qui a suivi qui, et j’ai commencé à suivre certaines personnes. Je ne savais pas alors que je construisais mon réseau personnel d’apprentissage (RPA) et que cela changerait ma façon d’apprendre et de penser. Il n’est pas exagéré de dire que Twitter et mon nombre croissant de RPA ont contribué à ce qui est devenu un apprentissage transformateur pour moi.”

“(…) Les blogs m’ont amené à la prochaine étape du cadre – Donner du sens. J’ai commencé à analyser, assimiler et relier les points disparates – les choses commençaient à avoir un sens. “

“Le blogging est l’un des outils d’apprentissage et de réflexion personnels les plus critiques et puissants.”

“(…) Depuis lors, j’ai appris à gérer, filtrer, agréger, sauvegarder et partager. Je suis consciemment des personnes en qui j’ai confiance et qui deviennent mes curateurs.”

Comme Sahana, écrire et apprendre collectivement au sein de réseaux et via les technologies sociales, m’ont aidé à grandir et à apprendre mieux, plus vite, ils me permettant toujours de le faire.

Anne Marie Rattray, ma learning partenaire, écrit dans Calling All Instigators:

“L’une des choses convaincantes à propos de Twitter est de voir la sérendipité en action / la formation et la propagation d’interactions.”

Ces mots suivants expliquent comment avoir de la hauteur lorsque j’ai commencé avec explorer le web social.

La joie d’apprendre

rotana ty learning performance musée

Cette photo a été prise par @rotanarotana à La Monnaie de Paris.

J’ai découvert et appris beaucoup il y a 4 ans via Jane Hart et d’autres personnes via Twitter. Les informations et les conversations ‘sont’ venues directement à moi. J’ai remarqué que les novices et les experts apprennent ensemble sur cette plateforme et via d’autres réseaux sociaux.

Entre avril et mai 2011, ce fut pour moi une période d’apprentissage passionnante. J’ai découvert via Twitter des personnes aux points de vue similaires dans le domaine de la formation professionnelle via Twitter. Je me suis connecté avec elles même s’ils ne s’étaient pas connectées avec moi.

Jane Hart partage sur son site Web une liste de professionnels formation reconnus dans le monde entier. Cela m’a aidé à apprendre qui ils sont, ce qu’ils font via leur blog et leurs réseaux sociaux. Je me suis aussi posé plusieurs questions:

Sont-ils intéressants?

Est-ce que je veux me connecter avec elles?

Qui est connecté à qui?

De quoi parlent-elles?

Puis-je prendre part à la conversation même si nous ne nous connaissons pas?

Mes premiers pas sur Twitter: filtrer et m’engager

rotana ty learning performance musée

Cette photo a été prise par @rotanarotana à l’exposition ‘113 Ors d’Asie’ au Musée Guimet à Paris.

J’ai utilisé Twitter quotidiennement et je me suis rapidement senti un peu submergé par l’abondance d’informations que je pouvais écouter, lire et scanner au quotidien. Pour surmonter cette situation et capturer plus de signaux, j’ai beaucoup filtré avec la création de listes privées Twitter via des outils spécifiques. J’ai essayé Paper.li. Mon premier journal en ligne personnel avait pour titre «Qu’est-ce que j’apprends aujourd’hui?». Il était simplement basé sur le partage des personnes que j’ai suivies et ajoutées à une liste publique nommée «RPA» (Réseau personnel d’apprentissage, après en avoir entendu parler de ce concept). Cette liste Twitter et ce journal Paper.li n’existent plus. Je ne les utilise pas.

J’ai également découvert parallèlement ce que Clay Shirky disait à propos du Web et des signaux à Web 2.0 Expo NY en 2008.

“Il ne s’agit pas d’une surcharge d’information mais d’une défaillance du filtre.”

Filtrer avec des techniques et des outils était encore une fois dans ma tête. J’ai essayé des tableaux de bord d’outils sociaux tels que Tweetdeck et Hootsuite. Ils m’ont aidé à suivre les partages d’informations par mes listes sur Twitter, ainsi que mentions, réponses, DM, recherches sur Twitter, discussions en ligne, live tweets lors de conférences mondiales et de webinaires.

Mon focus sur les outils était mauvais.

En surfant, j’ai également découvert les conseils de Ross Dawson sur le filtrage, ainsi que des conseils, techniques et astuces utiles.

J’ai pris conscience que ce qui peut fonctionner pour moi ne repose pas uniquement sur des outils. J’ai vite compris que Twitter ne consiste pas seulement à apprendre des gens, mais aussi à s’engager des conversations au sein de réseaux auxquels appartiennent des personnes.

Résonance et intelligence collective

rotana ty learning performance opéra

Cette photo a été prise par @rotanarotana avant le début du ballet ‘Black Swan’ au Vienna State Opera en Autriche.

J’ai découvert dans quelles listes Twitter je faisais partie, comment les personnes me «voient» publiquement via le titre de leurs listes Twitter et l’appartenance à un réseau de personnes.

Après avoir lu un article pertinent de Venessa Miemis sur son utilisation et sa réflexion sur «comment utiliser Twitter pour construire une intelligence collective?», j’ai commencé à penser autrement. J’ai adopté son point de vue en observant et en contribuant. Je me suis posé ces questions:

Qui est connecté à quels réseaux?
Qui sont les personnes qui discutent ensemble chaque semaine?
Comment contribuent-ils à l’intelligence collective au niveau mondial?
Appartiennent-elles à des listes Twitter de personnes expérimentées ou de novices?
Qui fait confiance à qui?
Qui influence qui?

Ces questions ont tout changé pour moi. Cette perspective m’a aidé à comprendre les réseaux et le monde au quotidien. Comme je l’ai constaté via un insight partagé par Charles Jennings lors d’un événement eLN (eLearning Network):

«La connaissance n’est plus le pouvoir, l’accès au savoir est le pouvoir»

Maintenant, je pense et j’ai le sentiment que l’accès aux idées des personnes qui détectent des motifs et des généralistes est une énergie qui nous permet d’imaginer les possibilités et de susciter des mouvements qui ont du sens.

Cette prise de conscience, qui peut être combinée à des relations sur des réseaux ciblés, comme via Twitter, m’a permis d’avoir des perspectives différentes, de grandir et de réaliser qu’il s’agit d’ajouter de la valeur via un réseau social et d’amplifier sa contribution. Je suis reconnaissant par les mots de personnes respectueuses. Vous pouvez les appeler #ff [Follow Fridays] ou des mentions. Ceux sont pour moi des marques de reconnaissance et de respect.

Faire sens de ce que j’apprends chaque semaine

J’ai aussi appris qu’il ne suffisait pas d’apprendre continuellement sur le Web, que ce soit par moi-même ou avec des personnes. J’ai documenté ce que j’ai appris. J’ai capturé ce que j’ai appris seul et avec des personnes. J’avais besoin de donner un sens à ce que j’apprenais tous les mois via Storify. Raison pour laquelle j’ai créé mon Storify pour partager mes apprentissages.

Cette curation a été remarquée par Jane Hart qui m’a retweetée, deux mois seulement après que j’ai lu son guide sur le Social Learning, et que j’ai débuté mon usage de Twitter. C’était inattendu et ça m’a fait plaisir.

Apprentissages

But on which topics I’m focusing on these days? For sure, one of them is on collective learning and learning on our own. Before delving into that, hear some insights from some friends.

Je ne partage plus ce que j’ai appris via Storify. J’ai pris conscience que je devais apprendre à faire une pause, à digérer et à réfléchir sur ce que j’ai partagé et appris. J’ai appris que nous consommons tous des informations tous les jours, mais il s’agit finalement d’être un contributeur unique et pertinent. Entendre et connecter des idées, prendre le temps nécessaire pour écrire, avoir des points de vue et obtenir des retours, changer certaines de mes habitudes: ces actions prennent du temps et valent la peine d’être faites.

Mais sur quels sujets je me focalise ces jours-ci? Bien sûr, certains sujets portent sur l’apprentissage collectif et à l’auto-apprentissage. Avant de plonger dans ce sujet, découvrez quelques insights de certaines personnes dans mon réseau.

Des réseaux personnels d’apprentissage (RPA) aux réseaux personnels de sens (RPS)

“Je pense que ce qui est arrivé est que nous avons dépassé l’ère de l’information et entrons maintenant dans” l’ère du sens “avec Internet agissant comme la ‘vague puissante et dirigeante’ qui guide un système auto-organisé basé sur les valeurs humaines fondamentales que sont l’amour, le respect et le sens.

Ainsi, de RPA (réseau personnel d’apprentissage), nous nous dirigeons vers un réseau de sens personnel (RPS). —  Dibyendu De

 

“Réseau Personnel de Sens est un beau concept. Il décrit mon expérience depuis 2009 sur Twitter. Je pense que l’ingrédient magique est: des conversations continues.

Il y a des personnes que j’ai rencontrés sur Twitter il y a 4 ou 5 ans avec lesquels je suis toujours en contact. Je trouve que c’est la persistance au fil des années et via différentes canaux – Twitter, Google Plus, parfois Linkedin, de temps en temps un email ou deux qui m’ont révélé les personnes avec lesquelles je suis connecté.

Ce sont de belles âmes. Merci à l’univers.” —  @toughloveforX

Donc l’écosystème personnel de sens nous rend intéressants lorsque nous nous engageons dans des réseaux et des conversations persistantes. Pour ce faire, des efforts sont nécessaires:

“Je commence généralement par une recherche ouverte sur le web. Je compare cela à plonger ma louche dans un immense fleuve de savoirs qui coule à flot. Si quelque chose me manque, ce n’est pas grave; les choses importantes émergent plus d’une fois. J’extrais des indications générales et des motifs des affluents. “

“L’étape suivante consiste à traiter ce que j’ai trouvé. Ce qui se passe est un raffinement, un test d’hypothèses, la recherche de motifs, une cartographie, une conversation et une réflexion sur les idées et les images émergentes. Je fais généralement ma meilleure synthèse en dormant. Je garde en tête une idée ou j’ai juste des concepts qui flottent dans ma tête. Au cours de la nuit les idées se connectent et me proposent une nouvelle façon de voir les choses. Parmi les flux, certains alimentent cette phase de création de sens.”

«Finalement, je passe des idées à des idées nouvelles. Je partage mon point de vue sur les choses lors de conversations, tant en personne que sur les réseaux sociaux. Je publie des pensées définitives dans mon flux d’apprentissage via les réseaux sociaux. Cela génère des retours qui me permettent d’améliorer les choses. C’est un cercle vertueux.

Pour moi, ce cycle pull-reflect-push est ma contribution au savoir commun qu’est le Web. Je crois au karma. Je donne au Web et le Web me le rend. Je reçois toujours plus que je ne donne. Dans une organisation, je pense que ce processus de recherche et de partage de sens est une responsabilité de citoyenneté sociale éclairée…” — @jaycross dans ‘Making Sense of the World’.

Et oui, tout commence par l’observation:

“Utilisez vos yeux. Utilisez vos oreilles. Utilisez tous vos sens. Et n’hésitez pas à vous dire: “Je vous ai remarqué”. Donnez vie à votre apprentissage!” — @AngelaMaiers

 

“Superbe publication. Vous êtes vraiment un apprenant dévoué.

C’est vraiment une beauté de voir la façon dont vous vous «engagez» aux sein de réseaux dans le cadre de votre processus d’apprentissage. Vous visez juste et bien focalisé. Beaucoup à apprendre de vous. Génial. ” —  Dibyendu De

Vous appréciez mes billets de blog?

Contactez-moi pour explorer comment nous pouvons collaborer.


0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *