rotana ty innovation learning multidisciplinarity park

“Tous ceux qui errent ne sont pas perdus.”— J.R.R. Tolkien

 

“Soyez toujours à l’affût de la présence de l’émerveillement.” — E.B. White

Sur les généralistes

Beaucoup de personnes insistent sur le besoin parmi d’autres d’être un généraliste dans notre monde connecté ou d’être un polymathe. Voici un point de vue intéressant:

“Aujourd’hui, je peux difficilement dire que j’ai une expertise de classe mondiale dans le domaine, mais la profondeur des savoirs que j’avais auparavant m’a permis de toujours comprendre les principes fondamentaux de l’espace, et est très complémentaire à des nouvelles compétences acquises plus récemment.

Nous avons donc la possibilité de développer ce que nous pourrions appeler des compétences «en forme de T», domaines dans lesquels nous possédons de nombreux domaines d’expertise spécifiques, ainsi que des domaines étendus. Dans ce cas, nous ne pouvons certainement jamais faire correspondre les savoirs d’un spécialiste approfondi dans un domaine donné.

Cependant, dans un monde de plus en plus complexe, interconnecté et interdépendant, si nous avons suffisamment de profondeur dans plusieurs domaines, voire dans plusieurs, nous pouvons souvent être plus pertinents qu’un spécialiste.

Qu’est-ce que vous en pensez? Pensez-vous que le développement de compétences en «forme de T» est une stratégie viable pour beaucoup de personnes, ou devraient-elles privilégier les compétences en «forme de T» ou «en forme de Pi»?” — @rossdawson

Cette excellente intervention d’Ella Saltmarshe m’a aussi amené à réfléchir aux avantages de devenir un généraliste, en prenant quelques notes:

ABC:

Accro à l’apprentissage: continuez à apprendre à tout âge.

Balance pour une recherche approfondie + le partage de votre cross-pollinisation d’idées/ de créations de sens. C’est votre contribution au monde.

C pour ‘see’ en anglais soit voir la périphérie tout balayant l’horizon. Voir au-delà, partager des insights et voir qui d’autres voient ce que vous voyez.

Utilisez vos diverses compétences pour la collaboration, la coopération et la co-création.

Les avantages d’être un généraliste créatif

Les avantages d’être un généraliste créatif montrent qu’il y a une émergence de polymathes. Cela peut être un tournant dans nos vies:

“La possibilité de passer d’un spécialiste compétent à un généraliste qui a soif d’apprendre est à nouveau l’un des points d’inflexion les plus importants de la vie.” — @skap5

Une autre façon d’exprimer la même idée: soyez antidisciplinaire. Des pratiques telles que la curation d’intérêts et pas uniquement de spécialités sont pertinentes:

“De nombreuses personnes connaissent l’intérêt d’utiliser la curation de contenu comme outil pour développer son leadership. Faire la curation de contenus en lien avec votre spécialité ou votre domaine d’expertise, et ajouter un point de vue, est un excellent moyen de renforcer votre leadership. Cependant, nombreux sont ceux qui commencent tout juste à comprendre la valeur de la curation au-delà d’un ensemble d’intérêts plus large.

En plus d’afficher votre expertise, la curation de contenu peut être un moyen d’apprentissage continu et collaboratif. Devenir un «généraliste» fait partie d’un portefeuille de compétences du 21ème siècle. Apprendre à faire la curation de vos intérêts peut augmenter vos chances de réussite en vous permettant de vous connecter via des «liens faibles» ou des amis d’amis qui ont de la valeur. Les liens faibles permettent d’augmenter la valeur des réseaux de manière exponentielle.”

Sur la même longueur d’onde:

“Un généraliste, selon moi, est un homme qui peut explorer, s’aventurer dans des territoires et des domaines inconnus, tirer des leçons de nouvelles expériences et l’appliquer dans des domaines autres que sa spécialisation.” @sahana2802

L’état d’esprit d’un généraliste créatif

Cet état d’esprit pourrait être le suivant: aller au-delà des étiquettes en acceptant le désordre de l’artiste et en se concentrant sur la construction de relations qualitatives, tout en acceptant la diversité des idées, de personnes et des expériences qui ne rentrent pas dans des catégories. Cela pourrait aussi être: être un expert débutant:

“J’aime l’idée de toujours être un débutant, une sorte d’expert débutant. Cela apporte l’enthousiasme de la nouveauté et l’épanouissement de l’apprentissage de nouvelles choses, de façon régulière. Pourtant, il y a un risque majeur avec cette posture, un risque que Matthew Crawford a très bien détecté dans le Shop class en tant que Soulcraft: la tendance du travailleur du savoir à démultiplier les potentialités, sachant à peu près comment faire beaucoup de choses (sans en faire aucune) plutôt que de le faire un nombre limité de choses très bien.”

Il peut également s’agir d’aller au-delà d’une méthode, d’une approche, d’un cadre, d’un processus tel que la pensée systémique, le design thinking ou toute autre approche. Je me demande ces jours-ci s’il s’agit vraiment de mixer différentes approches pour façonner notre propre cornucopia.

Comment développez-vous votre créativité et pluridisciplinarité?

“Réflexions sur la valeur du généraliste – de la communauté business.” Carl Gombrich @carlgomb, directeur du programme UCL Arts & Sciences BASc @UCLbasc.

Vous appréciez mes billets de blog?

Contactez-moi pour explorer comment nous pouvons collaborer.


1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] pour travailler et apprendre au 21ème siècle, cela me fait réfléchir à nouveau sur le développement de sa créativité et pluridisciplinarité, et sur ce que Kenneth Mikkelsen et Richard Martin ont écrit dans leur livre […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *