rotana ty learning circle facilitation workshop dancing cube school paris

Développer les compétences du 21ème siècle sur le lieu de travail

La semaine dernière, mon amie et partenaire d’apprentissage, Anne Marie Rattray @smartco, m’a demandé de jeter un coup d’œil à son prochain billet de blog, «Faire de ses idées des actions». C’est ce que j’ai fait. Je suis revenu vers elle avec quelques insights basées sur mon expérience, mes observations et ma vision.

“Un grand merci à Kirsten Holder, Helen Blunden, Rotana Ty et Eleonoor Van Gerven pour leurs commentaires et suggestions sur les embauches de ce billet de blog. Votre contribution / feedback a énormément aidé.”

Ce que j’apprécie beaucoup dans l’approche d’Anne Marie, c’est l’accent mis sur “le développement des compétences du 21ème siècle à travers la réalisation de petits projets professionnels et le pouvoir des pairs”.

C’est aussi ce que j’avais l’intention de faire en réfléchissant et en partageant ce billet de blog sur la curiosité incessante. Pour revenir au dernier billet de blog d’Anne Marie, je pense également que sa vision et ses convictions sont pertinentes:

Dans la phase Fais-le!, l’objectif est de créer et de mettre en œuvre un plan d’action simple. Les ressources et le contenu (vidéos, podcasts, infographies, etc.) sont utilisés comme des outils aides à la réflexion et à l’action. Ils sont intégrés aux activités des plans d’action individuels que les gens créent pour eux-mêmes. Il est suggéré de créer une suite de ressources simples, telles que des listes de contrôle et des guides, pour avancer. L’intention est que les gens développent éventuellement leurs propres outils et ressources.

Mettre les pairs au centre de l’expérience d’apprentissage est essentiel aux expériences d’apprentissage, Tiny Triumph. Bien que le contenu et les ressources constituent des sources d’information précieuses, ceux sont les personnes elles-mêmes qui constituent probablement la source de savoirs et l’inspiration les plus importantes pour chacun lors d’une expérience d’apprentissage, Tiny Triumph.”

Comme je l’ai remarqué lors de la lecture du ebook ‘Modern Workplace Learning‘ de Jane Hart, cette approche d’apprentissage moderne sur le lieu de travail est pertinente pour développer des apprenants professionnels modernes et soutenir le développement professionnel continu.

Faciliter ou ne pas faciliter les cercles d’apprentissage / de travail

Une autre observation du dernier billet de blog d’Anne Marie qui a attiré mon attention:

“Pour moi, le succès de John Stepper avec le phénomène ” Working Out Loud” est source d’inspiration et rassurant. Cela me dit qu’il y a beaucoup de personnes qui ont de l’énergie et de l’enthousiasme nécessaires pour gérer eux-mêmes leur développement personnel. le faire massivement et le faire ensemble à travers ce mouvement populaire. “

Lorsque j’ai lu cela, j’ai pensé: eh bien, il est temps pour moi de réfléchir aux expériences que j’ai eues et que j’ai vécues récemment.

Attendez! Qu’est-ce qu’un cercle d’apprentissage?

“Les cercles d’apprentissage sont des groupes d’études avec une facilitation minime pour les apprenants qui souhaitent suivre des cours en ligne disponibles, et ce librement ensemble et en présentiel. Nous pensons que toute personne peut devenir un facilitateur, et cela autant pour organiser un seul cercle d’apprentissage chez vous que pour en organiser cent au sein d’un écosystème de médiathèques de villes…” — P2PU, Facilitator Handbook

Au fil des années et récemment, je me suis intéressé aux cercles d’apprentissage et à leur fonctionnement. Permettez-moi de vous partager mes expériences et les enseignements tirés de ma participation et de ma contribution à des cercles d’apprentissage / de travail sans facilitation et avec de la facilitation.

Sur les cercles sans facilitation

Je me suis rendu à Paris à une présentation collective d’une association professionnelle avec des personnes de divers secteurs d’activité, de toutes origines et de toutes générations. Il s’agissait de développer la communication et des compétences en anglais dans des cercles d’apprentissage dans des cercles d’apprentissage en présentiel. J’ai voulu les expérimenter.

Pendant deux semaines, j’ai participé à deux cercles d’apprentissage hebdomadaires en présentiel avec un groupe de 4 à 8 professionnels de 35 à 70 ans dans des cafés parisiens.

Le premier cercle concernait l’amélioration de mes compétences en communication. Je devais me présenter, avoir des retours de collègues de divers secteurs et industries, de m’améliorer et de recommencer. Nous avons échangé sur nos histoires, nos postures et notre expression corporelle. Le deuxième cercle concernait l’amélioration de l’anglais en le pratiquant sur des sujets professionnels et personnels.

Pour les deux cercles, il avait eu qu’une seule phase de coordination avant et pendant les rassemblements pour le faire fonctionner. Il n’y avait pas vraiment d’animation / d’orientation car chaque groupe s’auto-dirigeait par un des questions et réponses, des commentaires et des suggestions pour s’améliorer seul et collectivement. Aucun outil numérique et visuel n’étaient utilisés pour favoriser les échanges entre les participants.

C’étaient des façons de faire amusantes, intéressantes et perspicaces pour s’améliorer et apprendre collectivement et sans facilitateur. Par exemple, j’ai beaucoup appris de l’hôtellerie avec une directrice d’hôtels parisiens 4 étoiles, un directeur des domaines des transports et de la mobilité, un directeur marketing, une responsable de services sociaux, un professionnel expérimenté des télécoms. Ils ont également appris de et avec moi sur la formation professionnelle moderne.

En bref: les cercles sans facilitation peuvent fonctionner si le groupe est auto-organisé, déterminé et auto-géré.

Sur les cercles avec facilitation

Cela me va. Je participe chaque mois à un café des savoirs, le Co-Lab du savoir. Nous le faisons en français avec des canadiens et d’autres professionnels internationaux.

Nous agissons davantage comme un groupe de réflexion pour créer ensemble une ressource en ligne via un outil collaboratif et une carte conceptuelle sur des sujets tels que le design organisationnel, la relation entre les machines et l’humanité, et quelques autres sujets. Tout cela est fait avec un animateur professionnel canadien, Joel Muzard.

Le groupe compte de nombreux professionnels de la gestion du savoir, du design organisationnel et de l’innovation, provenant du Canada et d’ailleurs dans le monde. En juin 2018, nous avons également réalisé ces cafés du savoir à Paris, Montréal et en ligne pendant 3 semaines et 3 sessions pour créer des ressources et explorer des possibilités liées à l’intelligence collective et à la collaboration, les impacts de l’intelligence artificielle sur le travail, la vie et l’éthique, la connectivité et la gouvernance d’entreprise et des usages numériques.

rotana ty intelligence collective atelier canada transformation digitale prospective

Capture d’écran que j’ai prise lors de l’événement annuel d’intelligence collective ‘Co-Lab du Savoir 2018′. Cet événement est réalisé en présentiel (dans des espaces de coworking à Paris, en France et à Montréal au Canada) et via l’outil de vidéoconférence ‘Zoom’, plus un outil de carte mentale.

Pour moi, c’est une autre façon ludique et pertinente de penser, d’apprendre et de faire avec des catalyseurs de savoirs, qui ont une littératie numérique et ont conscience des tendances qui impactent notre monde. Ce n’est pas nouveau pour moi. J’avais l’habitude de participer et de contribuer à d’autres cercles d’apprentissage similaires avec la facilitation.

Par exemple, j’ai contribué au projet ‘Future For Youth’, où nous avons brainstormé, discuté et créé un prototype sur l’avenir de l’éducation pour la jeunesse par la jeunesse avec une équipe pluridisciplinaire et internationale.

rotana ty futur éducation formation project soft skills pluridisciplinarité travail

J’ai également conçu et expérimenté des cercles d’apprentissage en ligne avec des facilitateurs professionnels d’ateliers privés en ligne lorsque je participais à un projet appelé ‘Ripples’. Notre intention était d’aider des individus à retrouver leur curiosité naturelle, leur amour de l’apprentissage, à développer leur croissance personnelle et leur résilience au travers de petites communautés d’apprentissage bienveillantes.

Pour ce faire, ‘Ripples’ proposait trois façons de se réunir en rassemblant un maximum de huit personnes, où des personnes ont appris avec d’autres personnes en cercle privé d’une heure via Skype / Google Hangouts ou des ateliers en présentiel. Ces cercles intenses et inclusifs ont été animés par un, deux ou trois membres de notre équipe.

En bref: Travailler apprendre à haute voix dans des cercle peuvent fonctionner si:

  • Des personnes développent des idées sur la base des idées d’autres participants.
  • Des personnes savent entendre et utiliser des insights, expériences, pensées et ressources ayant de la valeur ajoutée tout en sachant travailler et apprendre en télétravail ensemble.
  • Des personnes savent comment utiliser des tiers-lieux pour le faire et maîtrisent le numérique.

Pensées sur les cercles d’apprentissage et de travail avec ou sans facilitation

Participer et contribuer aux cercles d’apprentissage – avec ou sans facilitation – sont des moyens utiles de forger activement mes propres idées et connaissances sur différents secteurs, cultures, pratiques de travail et d’apprentissage. De cette manière, je peux utiliser ce que j’ai appris pour faire avancer un projet, créer un nouvel artefact et nourrir ma curiosité incessante.

Comme Anne Marie, je pense que toute personne est très capable d’apprendre ensemble et les uns et des autres, et ce sans facilitation. Parfois, les personnes ont besoin de conseils ou d’un petit coup de pouce pour participer à des cercles au lieu d’entendre et d’observer uniquement leurs pairs. Je comprends comment différentes méthodes sont utilisées pour faciliter ou non les cercles de manière rentable.

Pour les cercles sans facilitation, il suffit de choisir des cafés parisiens à fréquenter chaque semaine et de gérer les cercles. La seule chose à faire est de s’asseoir, parler et de boire un verre. Ce qui a de valeur ajoutée, ceux sont les échanges en dehors des cercles et après les cercles.

Pour les cercles avec de la facilitation, embarquez des apprenants et faiseurs qui partagent des savoirs et intérêts communs, et laissez le facilitateur professionnel faire ce qu’il fait bien. Bien sûr, cela implique une boîte à outils personnalisée pour faciliter les cercles en présentiel et en ligne. Cela implique également de s’assurer que les personnes soient à l’aise avec les outils de collaboration et de communication en ligne via une session de travail personnalisée et de préparation.

En attendant mon prochain billet de blog, je vous laisse avec cette question:

Comment vous vous engagez dans les réseaux professionnels et les communautés pour vous développer seul et collectivement?

“Les compétences en matière d’engagement sont une famille de compétences de base pour tout rôle lié au développement de communauté — sans maîtrise des fondamentaux de l’engagement, il est impossible de comprendre ou d’influencer les communautés.” — @TheCR

Des ressources pour aller plus loin et engager, cela peut vous intéresser:

Cercles d’apprentissage https://www.p2pu.org

“Les cercles d’apprentissage sont des groupes d’étude gratuits pour les personnes qui souhaitent suivre des cours en ligne ensemble ou en personne.”

Travailler à haute voix dans des cercles http://workingoutloud.com/circle-guides/

“Un cercle ‘Travailler à haute voix’ est un groupe de pairs composé de 4 à 5 personnes dans lequel vous vous posez 3 questions:

Qu’est-ce que j’essaye de faire?

Qui est lié à mon objectif?

Comment je peux contribuer à renforcer nos relations de travail?”

Café du savoir http://knowledge.cafe/knowledge-cafe-concept

“Dans notre monde de plus en plus complexe et ambigu, en mutation rapide, aucun dirigeant ni individu ne peuvent tout savoir ou être assez intelligent pour relever les défis qui nous attendent.

L’un des meilleurs moyens de comprendre un problème ou un défi et de prendre de meilleures décisions consiste à réunir différentes personnes pour une conversation dans un café du savoir.”

Vous appréciez mes publications?

Contactez-moi pour explorer comment nous pouvons collaborer.


1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] que je m’engage au sein de cette communauté, mes pensées à partir de ce billet de blog refont […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *