“Allez respirer à l’extérieur, courez, faites de l’exercice. Musculez-vous et faites circuler votre sang. Faites-le sans emporter votre téléphone, profitez de la connexion avec la nature que vous pouvez entendre.

Passez d’une lecture de contenu sur un écran à la lecture d’un livre en format analogue. Oui, je parle de cet ancien imprimé lié par de la colle, sur lequel sont imprimés des mots qui ne sont pas issus de votre appareil mobile. Cela stimulera non seulement votre imagination, mais aura également un effet calmant et thérapeutique. Choisissez un passe-temps sans écran, comme la danse, le jardinage, la cuisine, la fabrication artisanale, ou le dessin et la peinture. Si vous choisissez de le faire, résistez à l’envie de documenter et de montrer au monde ce que vous avez fait. Si vous devez vraiment le faire, ne le faites qu’à la fin de votre «projet».  — Walter Lim (@coolinsights)

J’essaye de faire cela au moins une fois par semaine par une marche lente, et lors du week-end en faisant du vélo ou de la natation. J’aim aussi lire des livres et journaux en print, qui utilisent l’approche du slow journalisme. J’apprécie aussi me rendre à des expositions artistiques.

Ne pas documenter ce que j’observe est difficile pour moi étant donnée que j’adore la photographie. Cela m’inspire pour écrire des billets de blog, et même faire des projets.

En lien: vous apprecierez ce dernier billet de blog de Paul Simbeck-Hampson (@simbeckhampson) dans lequel il partage ses recherches et pensées avec des insights stellaires sur le but de l’enfance. Après ma lecture de son article, je lui ai posé la question suivante dans un échange via Google +:

Que pouvez-vous / que pouvons-nous faire pour changer nos mauvaises habitudes en matière de technologie, pour sensibiliser afin de partager plus d’humanité, de focus et d’indépendance vis à vis de la technologie pour nos enfants et nos adultes?

Voici ce que Paul partage:

“En nous concentrant sur la seule chose que nous aimerions améliorer et changer, nous-mêmes. Cela garantira que nous sommes bien sur le chemin de la résolution de ce problème. Nous devons œuvrer pour un modèle d’excellence personnelle à observer et à suivre par les autres, pas dicté ou prescrit, mais expérimenté, et cela ne peut être atteint en travaillant dur sur soi-même. “

Merci Paul pour votre sagesse. Inspirant!

Il a aussi partagé par une vidéo l’expérience d’Anton Kreil qui vit sans smartphone.

Je peux comprendre les avantages et bénéfices d’abandonner une smartphone pour être plus productif, concentré et travailler en profondeur.

On peut toujours décider quoi observer, quand s’engager en utilisant le smartphone, des appareils et des applications, n’est-ce pas? Désactiver les notifications de chaque application est faisable afin que l’on puisse décider quand vérifier une boîte mail, un réseau social ou même des contenus numériques. Néanmoins, il s’agit bien de créer des habitudes et de les itérer. Ce n’est pas facile à faire lorsque certaines habitudes deviennent presque naturelles au fil du temps et peuvent même devenir malsaines.

La prochaine et simple étape serait de vivre sans email comme mon ami et excellent pair d’apprentissage, Luis Suarez (@elsua), a initié, continue à encourager et supporté avec le mouvement #noemail. Et vous, qu’en est-il?

Vous appréciez mes publications?

Contactez-moi pour explorer comment nous pouvons collaborer.


1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Vivre sans écrans et appareils mobiles […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *