pluriversal asia learning thinking writing sensemaking street art rotana ty

L’Asie est dans mon esprit et mon cœur

Nouvelle année, nouvelles possibilités. Pluriverselles. Dans quelques semaines, le 1er février 2022, il y aura une nouvelle célébration de l’année lunaire chinoise, l’année du Tigre. Depuis l’année dernière, je m’intéresse de plus en plus à la Chine, une de mes racines, et à l’avenir de l’Asie. Mon attention est portée sur le projet de la Route de la soie et son expansion en Afrique, à la manière dont la Chine devient verte, à la définition des standards chinois 2035 et à la manière dont les citoyens travaillent à des initiatives écologiques locales.

Le Cambodge occupe également une place importante dans ma quête pour mieux comprendre mes racines et l’évolution du pays avec le fleuve Mékong ; son histoire. Regarder le film d’Angelina Jolie, ‘First They Killed My Father’ est une de mes intentions. En France, des instigateurs nous aident à mieux comprendre comment les arts, le cinéma, les sports et l’artisanat asiatiques sont mis en valeur et partagés. Une troisième célébration du Nouvel An Khmer est également à venir. Le 13 avril 2022, ce sera également l’année du Tigre.

books china cambodia japan rotana ty

Quelques livres que j’ai l’intention de lire.

Le Japon est le troisième pays auquel je prête attention chaque semaine. J’ai toujours été amoureux de la culture underground japonaise, de la mode à la gastronomie, des arts martiaux, de la musique et du cinéma, de l’évolution des normes sociales et des usages technologiques.

L’Inde est le quatrième pays dans mon champs de vision suite à quelques rencontres avec quelques Indiens en personne et via les réseaux sociaux. L’Inde est un autre pays qui change la donne en Asie-Pacifique.

Né et vivant en France, je tiens à équilibrer mes points de vue du monde occidental et du monde oriental. Je suis nourrie et façonnée par différents mondes, peut-être un monde pluriversel comme l’a écrit Sahana dans son excellent article :

“Les nouveaux récits sont les voix de beaucoup de personnes – connectés à travers les pays et les nations, les forêts et les îles, les villages et les villes – par des valeurs, des croyances et une sagesse provenant du plus profond de l’humanité. Une sagesse qui découle d’une vie enchevêtrée avec la planète vivante qui est leur foyer et leur source de subsistance. Ils ont longtemps été les gardiens de leurs écosystèmes, bien avant que la colonisation, l’impérialisme, l’industrialisation, puis la mondialisation ne les déplacent. Ils deviennent une fois de plus les hérauts d’un nouvel ordre civilisationnel, sans être encombrés par le récit eurocentrique du développement et du progrès.

Un monde qui fonctionne au-delà de l’étroitesse des “ismes” et des dogmes. Fil par fil. Des contextes, des cultures et des communautés diversifiés sont tissés ensemble. Sans pour autant rechercher l’homogénéité. L’hétérogénéité est la valeur fondamentale – un monde pluriversel où de nombreux mondes ont leur place. Il ne s’agit plus de “changer d’échelle”, mais de “changer d’échelle latéralement” et, si nécessaire, de “changer d’échelle vers le bas”. Il s’agit d’enchevêtrement, d’apprendre les uns des autres, de modifier, d’essayer, d’échouer, puis de réessayer.”

Avec ce zoom large et infini sur certaines parties du monde asiatique, j’explore des façons de prendre soin de moi, de me connaître et d’aller en profondeur dans un monde fragmenté.

Défragmenter la pensée

Pour les fêtes de fin d’année, je me suis procuré le journal Greenlights de Matthew McConaughey. Ses mots pour le présenter:

“Greenlights : Votre journal, votre parcours est un compagnon guidé du mémoire Greenlights, rempli d’invites, de citations lapidaires, d’adages, de sagesse sortie des sentiers battus et de conseils sur la façon de vivre avec une plus grande satisfaction.”

Il n’est parfois pas si facile de cartographier nos pensées lorsque nous rencontrons des défis d’écriture fragmentée. À partir de cet ancien article sur les activités d’apprentissage continu en réseau et les outils que j’utilise, j’ai remarqué que j’écrivais souvent non pas sur une plateforme agnostique, mais sur plusieurs : Twitter et Slack, des outils de messagerie instantanée et l’e-mail, WordPress pour mon blog, un livre, Google Keep et Google Apps, des documents Office et des documents Clickup. Alors, comment unifier et simplifier ces flux d’écriture en une seule rivière d’écrits ?

Mais l’écriture reste une activité hebdomadaire ou bi-hebdomadaire. Même si elle est planifiée, je ne la fais pas systématiquement en étant conscient de cela :

“Je me voyais comme un musicien de jazz : quelqu’un qui s’entraîne, s’entraîne et s’entraîne encore pour pouvoir inventer et faire en sorte que son art paraisse sans effort et gracieux. J’ai toujours été consciente de l’aspect construit du processus d’écriture, et du fait que l’art n’apparaît naturel et élégant que grâce à une pratique constante et à la conscience de ses structures formelles.” – Toni Morrison

Peut-être vaut-il également la peine de considérer ces pensées ci-dessous, puisque j’ai recommencé à zéro et que je continuerai à le faire avec le Nouvel An Chinois et Cambodgien :

“Cette semaine, cherchez des occasions d’introduire la compassion de soi dans votre discours. Comment pourriez-vous équilibrer la singularité et la responsabilité avec la gentillesse et peut-être même un peu de légèreté ?” – Andrea Howe

J’y réfléchis.

Libérez les apprentissages

“Par trois méthodes, nous pouvons apprendre la sagesse : Premièrement, par la réflexion, qui est la plus noble ; deuxièmement, par l’imitation, qui est la plus facile ; et troisièmement par l’expérience, qui est la plus amère.” – Confucius

Je poursuis ma quête d’apprentissage sur nos communautés d’apprentissage, nos organisations et équipes apprenantes, l‘apprenant, les stratégies d’apprentissage et l’auto-apprentissage. L’apprentissage de la culture et des organismes reste l’un de mes focus. Vous trouverez ci-dessous mes dernières réflexions en cours sur l’apprentissage distribué à travers une tétrade de McLuhan.

distributed learning

Mes pensées sur l’apprentissage distribué à travers le visuel que j’ai produit.

Dans le contexte de la pandémie et au-delà, comment concevoir, générer et animer l’apprentissage continu en réseau ?

“En bref, l’apprentissage génératif ne consiste pas seulement à ‘être activement impliqué dans le sujet’, mais plutôt à faire quelque chose avec ce que vous devez ou voulez apprendre. Il est génératif lorsque vous produisez de nouvelles choses, comme la réalisation d’une carte conceptuelle ou d’un dessin sur le sujet traité.” – Paul A. Kirschner & Mirjam Neelen

Cette idée tirée du dernier article d’Helen Blunden mérite peut-être d’être explorée :

“Je trouve que certaines choses ‘manquent’ dans la rhétorique actuelle sur le travail moderne. Ce qui manque, c’est la créativité, l’empathie, les connexions humaines, les rencontres, l’apprentissage personnel, la communication et la communauté). À l’avenir, j’aimerais que mon nouveau jardin soit un espace où je puisse divertir les personnes ou amener les personnes dans cet espace et en faire une sorte d’espace d’apprentissage social où je peux apprendre aux autres à tricoter, ou avoir des rencontres sur la langue française ou un club de lecture de quartier – mais ceux ne sont que des idées pour le moment.”

Même idée pour les entreprises?

“Mettez en place un système pour soutenir l’apprentissage. Alors que le monde des affaires évolue rapidement, il est clair qu’il y a un écart croissant entre ceux qui apprennent bien et rapidement et ceux qui n’apprennent pas. Comment augmentez-vous votre capacité à synthétiser de nouvelles informations ? Développer la capacité à vous développer continuera à s’accentuer et portera ses fruits à mesure que l’année avance.” – Shannon Tipton, newsletter de janvier 2022.

 

“L’apprentissage ne consiste pas à livrer du contenu. C’est l’expérience d’idées riches en contenu, d’activités, de temps de traitement et de réflexion” – Kim Cofino

Et si les expériences d’apprentissage sur le lieu de travail étaient conçues avec les ressources du Communities of Practice Playbook publié par la Commission européenne ? L’organisation, l’équipe et la société apprenantes deviennent un projet de co-construction et d’accueil d’une communauté d’apprentissage avec les membres qui libèrent et améliorent leurs potentiels d’apprentissage et d’engagement. Je reviens sur mes réflexions à travers une série d’articles sur l’engagement de communauté. J’explore les coulisses avec les approches, les canevas et les modèles de professionnels expérimentés et de débutants du community building.

“Une communauté est un groupe de personnes qui acceptent de grandir ensemble”. – Simon Sinek

Avez-vous apprécié cet article? Découvrez Engagement de Communauté.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.