beyond leadership art team lab beyond limits exhibit festival leadership community role model rotana ty

“Le leadership change à mesure que les modèles en réseau prennent de l’importance. Excellent aperçu de certains attributs clés émergents : la curiosité, le courage et l’activation de ses pairs. Et oui, vous pouvez SENTIR la différence immédiatement. C’est remarquable. Excellent aperçu de @rotanarotana” — @rhappe

art team lab beyond limits exhibit festival leadership community role model rotana ty

Lors d’une expérience artistique immersive numérique et en présentiel à l’exposition ‘Beyond Limits’, cette photo a été prise par moi pendant le festival Japonismes de Team Lab en 2018 à Paris.

Le ‘leadership’ n’est pas tous les jours dans mes esprits. Comme je partage des insights sur l’avenir du travail et du développement professionnel et participe à des projets et discussions avec des personnes intéressantes sur le “développement du leadership”, ce thème et cette discipline suscitent mon intérêt. Voici donc quelques insights et réflexions concrètes sur la façon d’être et de devenir un leader à l’ère des réseaux.

Rendre Possible & Leadership

“J’ai souvent dit que l’essence du leadership ou de la gestion dans les organisations est de contribuer à rendre votre réseau plus intelligent, plus résilient et capable de prendre de meilleures décisions. Il ne s’agit pas de dire aux personnes ce qu’ils doivent faire, ni de gérer la façon dont ils accomplissent les tâches, surtout à une époque où le travail est de plus en plus unique et non routinier. Ceux qui font le travail sont souvent les seuls à comprendre réellement le contexte.

John Wenger affirme que l’empowerment/donner les moyens de faire sont des mots que nous devrions éviter lorsqu’il s’agit de la gestion des organisations. Selon lui, il est préférable de se concentrer sur ce que nous pouvons rendre possible.” — @hjarche

 

“Le leadership connecté consiste à passer du “vous” vers le “nous”. Tous les leaders organisationnels font partie de réseaux sociaux humains complexes. La grande erreur du “leadership” est que les dirigeants contrôlent. Des compétences différentes sont nécessaires dans une société en réseau. Par exemple, Leigh Buchanan, rédactrice en chef du magazine Inc. Magazine, cite sept traits de leadership souhaitables, identifiés par 32 000 sujets d’étude dans le monde. Il est intéressant de noter que ces traits sont également considérés comme plus “féminins” : Empathie, Vulnérabilité, Humilité, Inclusion, Générosité, Equilibre, Patience. Ceux sont les traits de caractère des servant leaders d’aujourd’hui.” — @hjarche

Le Leadership dans la Complexité

Dans l’un de ces projets auxquels j’ai contribué, l’un des leaders explique ce qu’est le leadership dans la complexité :

“Le leadership dans la complexité” maintient une position et un point de vue selon lesquels chacun d’entre nous est le leader de sa propre vie, non seulement pour se changer soi-même mais aussi pour agir en tant qu’agent du changement pour les autres à travers leurs actions et leurs idées. Pour cela, il faut avoir le courage d’examiner son propre processus de pensée pour découvrir les hypothèses, les croyances et les perceptions sous-jacentes qui créent l’apparente complexité et les paradoxes auxquels on est confronté dans la vie.

Voilà, en résumé, l’essence de l’innovation sociale et culturelle et de l’entrepreneuriat. Toutefois, il est important de garder à l’esprit que nous n’allons pas créer un “avenir souhaité” purement imaginaire dans notre esprit, ancré dans l’idéalisme, et courir après. Par exemple, nous n’allons pas dire “construisons une communauté plus résiliente” ou visons à plus de “structure et d’ordre” en réalisant que la résilience, la structure, l’ordre sont des produits de l’auto-organisation.

(…) Notre intention, dans la plupart des cas, serait de nous adapter au phénomène émergent en cours en explorant les règles qui génèrent l’émergence, puis d’examiner les “paradoxes” sous-jacents qui façonnent et soutiennent cette émergence, ce qui nous permettrait de nous adapter par le biais de l’équilibrage (le concept indien de Jugaard) pour donner forme à un meilleur avenir collectif. Notre objectif n’est pas de réaliser ceci ou cela. Notre objectif est simplement de nous adapter en fonction de l’émergence. C’est un exercice d’équilibre délicat, comme marcher sur le fil de l’épée et être dans le feu en même temps. Je pense que cela rend la vie plus simple, plus agréable, nous aide à mieux “survivre” et aussi à “prospérer collectivement”.

(…) Alors que le savoir réside dans la sélection de la bonne technique pour un contexte ou une situation donnée, la sagesse réside dans l’équilibre et l’adaptation, où le savoir et la sagesse sont toutes deux une émergence contextuelle.”

Au-delà du leadership, le communityship?

Mon ami et partenaire d’apprentissage, Luis Suarez (@elsua), a également recommendé de lire le blog d’Henry Mintzberg pour en savoir plus sur le leadership et le rôle de la gestion/du leadership.

“Comment reconnaître la communauté ? C’est simple. Vous l’avez trouvé lorsque vous entrez dans une organisation et que vous êtes frappé par l’énergie qui y règne, l’engagement personnel des personnes et leur engagement collectif dans ce qu’ils font. Ces personnes n’ont pas besoin d’être formellement responsabilisées car elles sont naturellement engagées. L’organisation les respecte et ils la respectent. Ils ne vivent pas dans la crainte mortelle d’être licenciés en masse parce qu’un “leader” n’a pas atteint ses objectifs. Imaginez une économie composée de telles organisations.

Bien sûr, nous avons besoin de leadership, surtout pour établir une communauté dans une nouvelle organisation et pour aider à la maintenir dans une organisation établie. Ce dont nous n’avons pas besoin, c’est de cette obsession du leadership – d’un individu qui se distingue des autres, comme s’il était la finalité de l’organisation. Il faut donc moins de leadership, ou peut-être mieux, juste assez de leadership, intégré dans la communauté.

Il existe une phrase célèbre dans une pièce de Molière, prononcée par un personnage qui découvre qu’il a parlé en prose toute sa vie. Eh bien, il est temps pour nous de découvrir que les meilleures de nos organisations ont vécu toute leur vie dans la communauté.” — Henry Mintzberg

Leadership et capacité d’apprentissage

” Question 10 : Comment faites-vous pour ne jamais cesser d’apprendre ?” —  @HubSpot

Ma réponse est la suivante : curiosité perpétuelle, volonté d’amélioration constante et conscience de soi.

Décortiquons-les :

La curiosité perpétuelle. Le leader du futur est un apprenant obsessionnel, pas seulement sur les sujets mais aussi sur les personnes. Les leaders sont des apprenants, ils comprennent que l’apprentissage est une compétence qui les aide à résoudre des problèmes complexes de tous types, à anticiper l’avenir, à changer de perspective et à regarder au-delà de l’évidence.

Une volonté d’amélioration constante. Comme indiqué au point précédent, si vous êtes un apprenant obsessionnel, vous savez que si vous ne vous améliorez pas, vous vous détériorez. L’état d’esprit consistant à “s’améliorer continuellement” est la clé de voûte des personnes qui peuvent s’adapter à n’importe quelle circonstance, tout comme l’eau.

Conscience de soi. Se connaître et se comprendre soi-même sont des formes d’intelligence. Il est donc extrêmement important d’être conscient de ce que l’on sait et de ce que l’on ne sait pas. Si chacun devait faire une analyse SWOT (Forces Faiblesses Opportunités Menaces) de lui-même, je vous garantis qu’apprendre à mieux apprendre ne ferait pas partie de ses domaines de prédilection ; ce n’est pas quelque chose que les personnes considèrent comme une compétence. La vérité est que nous pouvons tous améliorer notre capacité d’apprentissage.

(…) En résumé : L’avenir appartient à ceux qui apprennent davantage de compétences et les combinent de manière créative. L’amour de l’apprentissage est une manifestation vive d’une volonté de se développer, ce qui est essentiel pour se préparer à l’avenir.” — @JorgeBarba

Jen Frahm et Jillian Reilly ont co-écrit une publication sur le leadership exploratoire et la manière dont il diffère du leadership adaptatif/servant leadership/leadership agile.

“Le leadership exploratoire est un nouveau style de leadership adapté aux futurs inconnus.

Il se distingue du leadership adaptatif et du leadership agile par l’intention de persévérer plutôt que de pivoter ou de s’améliorer.

Une indépendance prudente caractérise le leader exploratoire.”

Avez-vous identifié des signes indiquant que vous êtes un leader exploratoire? Eh bien, Jen and Jillian partagent cet excellent visuel pour vous ce faire.

exploratory leadership learnability antacara jen frahm rotana ty

Source : Antacara Frontiers & Dr Jen Frahm

Les leaders sont des explorateurs, ils apprennent en permanence. Ils méritent du temps et de l’espace pour le faire.

Quel genre de leader êtes-vous ?

Rachel Happe (@rhappe) partage ce quiz ludique sur le leadership ainsi que ses résultats. J’aime les auto-évaluations car je trouve qu’elles permettent de mieux se comprendre et de mieux comprendre les autres. Du moins, elles peuvent être utilisées comme une premieère étape pour y parvenir. Comme je l’ai écrit :

Quelles sont la science et les approches derrière la réduction de ces outils d’auto-évaluation ? Je me suis posé la question lorsque j’ai fait ces tests d’auto-évaluation.

Ce qui m’importe, c’est de partager comment je suis et de devenir un apprenant professionnel moderne. Je partage maintenant ce que je suis et je deviens: un “leader des foules” selon ce quiz sur le leadership.

leadership test quiz crowd community rotana ty

Et vous ?
Quel genre de leader êtes-vous ?

Vous appréciez mes publications?

Contactez-moi pour explorer comment nous pouvons collaborer.


0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *